Resident Evil 7 s’étoffe de belles manières avec le DLC Vidéos Interdites Vol.2

Après s’être montré très à la hauteur ; malgré quelques petits défauts dans son contenu (voir le test ici), Resident Evil 7 est loin d’avoir fini de parler de lui, preuve en est avec ce DLC Vidéos Interdites Vol.2, sortit le 14 février, le jour que l’on croyait destiné aux amoureux.

Pourtant, preuve est faite qu’il est destiné aux amoureux, mais aux amoureux de sensations fortes, de gore et de sueurs froides. Après une histoire appréciable, Resident Evil 7 permettait aux joueurs de se défouler ; et c’est le mot, dans le premier DLC du dernier-né de Capcom ; désormais, faite de la place pour la deuxième fournée des vidéos interdites, qui, cette fois-ci, sont réellement entraînantes, tout en permettant d’en apprendre un peu plus sur la famille Baker.

Car oui, la principale force de ce DLC Vidéos Interdites Vol.2 nous vient tout droit de son extension de l’histoire principale, qui apparaît comme un prologue aux évènements récemment contés. Ici, vous incarnez Zoé, qui, par une terrible nuit où l’orage fait rage, fera rapidement la connaissance d’une Evelyne bien calme de prime abord. Pourtant, les évènements s’enchaîneront très vite, et la famille ne s’en sortira pas indemne. Si ce DLC est appréciable et permet de se plonger dans l’histoire d’une manière différente, l’on ne pourra que regretter une trop faible durée de vie. Si ce défaut peut troubler, l’on appréciera le fait que deux fins soient disponibles, permettant une certaine rejouabilité, avec les forces et les faiblesses du titre principal.

Resident Evil 7 s’étoffe de belles manières avec le DLC Vidéos Interdites Vol.2

De son côté, la vidéo 21 permet au joueur de s’asseoir à une table, face à une victime potentielle, sous la tutelle de Lukas Baker, plus déjanté que jamais. Si vous connaissez le Black-Jack, voici une variante assez folle qui se dresse devant vous, et dont l’inspiration de Saw n’est pas cachée. Lors de chaque manche, vous misez vos membres et ne cherchez que la victoire pour vous échapper. Là encore, l’on retrouve un DLC simple de prime abord, mais qui se révèle assez jouissif à parcourir, et offre une certaine dose de stratégie, puisque chaque carte ne peut apparaître qu’une seule fois ; ajoutons encore à cela les cartes bonus pénalisant votre adversaire ou vous donnant un avantage certain, et l’on retrouve une vidéo interdite de Resident Evil 7, que nous rembobinerons volontiers.

Dernier contenu de cette deuxième vague de vidéos interdites, le 55e anniversaire de Jack. S’il n’est pas compatible avec le casque PS VR, ce nouveau mode de jeu offre des différences plus que notables envers le mode de vague que l’on avait connu. Dans le 55e anniversaire de Jack, il vous faudra fouiller les différentes pièces des lieux emblématiques de Resident Evil 7, afin de trouver de la nourriture et de la donner à Jack. Très décalé, ce mode offre des ennemis mémorables (ndlr, bon, ce sont les mêmes que dans le titre principal, mais déguisés), et quelques séquences assez cultes. Charge à vous d’optimiser vos trajets pour réussir à finir dans le temps imparti, et avec le meilleur des scores possibles. Dans ce mode, le fun est bien présent et c’est sans sourciller que l’on se lance à la quête des meilleurs scores !

Au final, l’on retrouve un DLC Vidéos Interdites Vol.2 très intéressant, autant par le fun qu’il procure, que par son souhait de raconter le point de départ des évènements que l’on connaît désormais très bien. Si le premier DLC manquait d’un petit quelque chose pour s’imposer, ce second DLC est bien plus entraînant, dans tous les modes proposés. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre les prochains mois pour découvrir l’ultime salve de contenus et espérer qu’ils poursuivent sur cette lancée.

La Rédaction

La Rédaction

La Rédaction est un regroupement des acteurs de MoveForGames.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.