Test de Cities Skylines Xbox One Edition : Une merveille d’architecture pour ce City-Builder

Score de la rédac
Score des lecteurs
[Total : 6    Moyenne : 3.7/5]

Lorsque l’on pense à des City-Builder, nos regards et nos pensées ne peuvent que se tourner vers le PC, qui reste le maître en matière de gestion et autres stratégies. Cela reste pourtant bien dommage, puisque l’on sait qu’un vrai marché peut se former, un marché qui, même manette en main, parvient à s’en sortie convenablement, si ce n’est mieux que prévu.

Depuis quelque temps néanmoins, les jeux de gestions / stratégies se font de plus en plus nombreux sur les consoles de salons, comme en témoignait encore la sortie d’Industry Giant 2 il n’y a pas si longtemps. Pourtant, il est compliqué pour les joueurs, de trouver un soft pointu et possédant un charme certain. Après Tropico 5 et son univers, faite place à Cities Skylines, qui profite de son incursion sur Xbox One pour offrir une Xbox One Edition, un titre plus complet que son homologue PC de base. Dans Cities Skyline Xbox One Edition, n’attendez pas de découvrir un quelconque scénario ; city-builder oblige, mais un défi de taille, partir de rien et devenir l’une des métropoles les plus influentes de la région. Dès lors, le joueur sera rapidement livré à lui-même, mais pourra compter sur un tutoriel bien rodé pour se faire la main.

Lors des premières minutes de jeu d’ailleurs, l’on aurait pu penser que la manette n’était pas forcément l’outil le plus adapté pour un city-builder, mais force est de constater que lorsque l’ergonomie est travaillé, l’on ne pourra qu’esquisser un sourire bien mérité. Certes, l’on reste toujours moins précis qu’avec une souris, mais rien ne semble plus fluide qu’une partie de Cities Skylines. Se déplacer sur la carte n’offrira que de très rares chutes de framerates et l’intégralité des menus ; aussi bien de la construction, des données financières et autres indications importantes de votre ville, est accessible rapidement, avec des raccourcis que vous aurez en main passées une à deux heures de jeu. Bien sûr, le néophyte disposera d’un temps d’adaptation et connaîtra quelques échecs avant de persévérer et de voir son village de campagne se transformer, par exemple, en paradis touristique.

Dans Cities Skylines, il est question de faire attention au moindre détail. Après avoir placé vos routes, charge à vous de décider quels bâtiments viendront se construire aux abords ; maisons, commerces, industries ou encore bureaux, ce sont autant de possibilités qui s’offrent à vous, si tant est que vous respectez la base de toute construction, à savoir un réseau électrique et quelques canalisations d’eau. Si cela semble compliqué de prime abord, sachez que l’électricité se transmet entre les constructions proches ; de quoi gagner un peu de place sur les relais. Il faudra surtout retenir, lors du placement de vos pompes à eau, que le courant joue un rôle primordial. Par exemple, et lors de notre première partie, nous n’avons pas vraiment fait attention au courant de l’eau inexistant, et la pompe d’aspiration venait alors récupérer l’eau polluée de la pompe d’évacuation, rendant absolument tous les habitants malades. Jouissive dans son déroulement, l’évolution de notre ville est entrainante et l’on se familiarisera très vite avec les obligations de la commune. Quoi de mieux, pour assurer le calme dans le voisinage, que de placer un poste de police pour lutter contre la criminalité, une antenne de pompiers pour les incendies ; très présents dans les zones industrielles, ou encore une clinique, une déchetterie ou un cimetière ? Autant d’édifices qui, s’ils sont bien utilisés, parviendront à augmenter le bonheur de vos habitants et permettront de connaître un véritable boom social.

Test de Cities Skylines Xbox One Edition : Une merveille d’architecture pour ce City-Builder

Mais à chaque succès son revers dans Cities Skylines, puisque plus votre ville grandira, et plus les rues seront peuplées. Dès lors, il peut être compliqué pour vos habitants de se déplacer, surtout si vous avez le malheur de concevoir plusieurs intersections, et trop proches les unes des autres. Très vite, les routes simples se transformeront en bouchon gigantesque, empêchant vos employés de faire leur travail correctement. Pour remédier à ce problème, n’hésitez pas à placer des routes plus grandes ; à quatre voies par exemple, et des ronds-points pour fluidifier tout cela. Là encore, c’est avec les erreurs que l’on apprend, et, une fois le tout maîtrisé, vous parviendrez à créer une ville imposante, disposant de son quartier industriel, son quartier calme, son quartier des affaires et bien d’autres choses, comme cette place que vous dédierez aux monuments les plus honorifiques, comme la Tour Eiffel par exemple. Loin d’être avare en contenu, Cities Skylines pourra vous tenir en haleine un nombre incroyable d’heures, vous obligeant ; en se montrant tout de même laxiste sur certains points, à rechercher la perfection pour progresser convenablement. Pour faciliter les déplacements de vos concitoyens ; mais aussi des touristes, vous pourrez alors vous pencher sur les lignes de bus, de métros, de trains, et de taxis, sans oublier d’éduquer les citoyens en plaçant des écoles, des lycées et des universités proches des habitations ; attention, là aussi, à la pollution sonore qui pourrait faire baisser votre bonheur global. Pour y remédier, vous trouverez divers décrets à appliquer, ou des éléments de décors à placer.

S’il peut être difficile d’évoquer l’intégralité du contenu de Cities Skylines ; bien plus conséquent qu’au premier regard, l’on viendra maintenant évoquer les graphismes du soft, assez soignés dans l’ensemble. Certes, la multiplication des éléments ne permet pas de retrouver des décors léchés constamment, mais ces derniers se veulent suffisamment fins pour convaincre. Les bâtiments divers possèdent de nombreux détails, et l’on apprécie tout particulièrement le fait de pouvoir zoomer au maximum, pour profiter de notre ville sous l’énergie de la vie. Les habitants évoluent, vont travailler, faire des commissions, ou se divertir dans les différents parcs, tandis que les voitures et autres ambulances se frayent un chemin ; parfois difficile à trouver. Se rapprocher de l’action permet également de profiter d’une bande-son soignée, où l’on retrouve sirènes, sonneries de téléphones, musiques d’ambiance… Autant de raisons de se laisser aller à l’immersion.

Alors que nous venons d’évoquer certains des points les plus importants de Cities Skylines, il ne fait aucun doute que nous en avons certainement raté, mais l’essentiel est là, Cities Skylines est entraînant, sans jamais décevoir. Avec les nombreuses options disponibles, vous pouvez faire grandir votre ville et vous imposer, enfin, comme un métropole parfaite. Si le chemin pour y arriver comporte de nombreux obstacles, vous possédez tous les éléments pour rebondir correctement ; pourquoi ne pas installer une prison pour dissuader les plus grands criminels ? Ou allouer votre budget d’une façon différente, pour privilégier un type d’infrastructure en fonction du jour ou de la nuit ? Car oui, Cities Skylines Xbox One Edition embarque le cycle jour / nuit, non-présent dans le jeu de base sur PC. Profitons-en pour souligner la beauté de la ville une fois la nuit présente ; les lumières des immeubles sont sublimes, même en dézoomant au maximum.

Au final, Cities Skylines parvient à s’imposer sans mal comme LE city-builder de la Xbox One et semble bien parti pour conserver ce statut longtemps ; l’on attendra maintenant Aven Colony. Difficile de trouver des points négatifs à l’expérience que propose Cities Skyline, peut-être ; certainement, un manque cruel de bâtiments, et une I.A parfois limitée ? De notre côté, Cities Skylines remplit son rôle à la perfection tout en se montrant fun et technique, sans inonder les joueurs d’éléments retors. Une excellente expérience en somme !

Verdict !

   
Graphisme

Difficile de faire des graphismes ultras léchés lorsque l’on constate autant d’éléments de décors. Cependant, le tout est cohérent et se montre soigné, sans concevoir trop de chutes de framerates ; belle mention aux lumières lorsque la nuit est de mise.

16 / 20
     
Jouabilité À la manette, la jouabilité se veut simple et, plus surprenant, précise. Les menus et raccourcis sont faciles d’accès, et ne vous prendront jamais à défaut.
 18 / 20
     
Bande Son
Avec le zoom au maximum, l’on profitera d’une ville pleine de vie et appréciable. Un peu plus loin, l’on aura droit à des musiques génériques ; faites votre choix.
 14 / 20
     
Contenu
S’il ne possède pas de mode histoire ou des défis à relever, Cities Skylines a le mérite de tenir le joueur en haleine un nombre incalculable d’heures. L’on pourra toutefois regretter le manque de bâtiments (compensé par les bâtiments uniques à déverrouiller).
 17 / 20
     
Fun Une fois pris en main, Cities Skylines apparaîtra comme une perle difficile de laisser tomber. En fonction de vos parties, vous remarquerez de vous-même ce qui cloche, et vous vous lancerez, sans tarder, dans la construction d’un nouvel éden. Jouissif sur tous les points. 19 / 20
     
   Conclusion  
     
Les plus
  Les moins
Un City-Builder sur console !   Un manque de bâtiment
Plutôt beau  
Jouissif !  
Carte immense  
Note Finale
  17/20
Un City-Builder sur console de salon est une chose peu commune ; lorsque ce dernier est réussi, l’on passe le cap de la rareté. Cities Skylines se permet donc de s’offrir une sortie sur console ; sur Xbox One dans un premier temps, et de se montrer réussi sur le plan technique ; un vrai exploit ! Se lancer dans l’aventure se voudra jouissif, prenant et intense, vous voilà prévenus.
La Rédaction

La Rédaction

La Rédaction est un regroupement des acteurs de MoveForGames.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.