Test de Rise & Shine sur Xbox One : De nombreuses références pour un sourire

Score de la rédac
Score des lecteurs
[Total : 1    Moyenne : 3/5]

De prime abord, Rise & Shine se voulait hautement prometteur, parvenant à mélanger une action frénétique, avec des sortes d’énigmes, reposant sur l’utilisation d’une arme magique et de munitions différente. Toutefois, manette en main, Rise & Shine apparaît plus comme un meurt et ressaie, ou, dans le cas présent, tire et ressaye.

Dans les faits, vous incarnez Rise, un jeune garçon (ndlr, oui il faut le souligner), qui, par la force des choses, devient le seul espoir de remettre la paix à l’ordre du jour sur la planète GameEarth, dans un monde où la guerre règne. Suite à l’acquisition de l’arme censée ramener la paix (Shine), charge à vous de retrouver le roi ; qui est un plombier moustachu et qui devrait vous rappeler quelqu’un, afin d’accéder à l’arme ultime. S’il ne fait pas dans la finesse sur son scénario, l’on constatera rapidement que ce dernier ne saura jamais vers où il se dirige, la faute à d’innombrables références venant ponctuer l’intrigue, des clins d’œil qui prendront le dessus sur un récit trop vite expédié ; surtout passé l’heure de jeu, et c’est bien dommage, car le mode bande dessinée des cinématiques était appréciable et pouvait apporter quelque chose de cinglant.

Car oui, graphiquement, Rise & Shine sur Xbox One est plutôt joli et bénéficie d’un esthétisme coloré, mignon et gore à la fois. Si les décors sont parfois inquiétants, parfois enchanteurs, d’autres surprises sont à l’ordre du jour pour le joueur qui tentera d’avancer dans ce monde. Impossible, alors, de ne pas évoquer toutes ces subtilités disséminées ci et là (ndlr : visibles d’ailleurs sur quelques-unes des photos illustrant ce test), comme ce Sonic à l’agonie dans une infirmerie de fortune, un Ken de Street Fighter mort dans un train qui passe, le chien et un canard de Duck Hunt, sans oublier du Mario, Zelda, et même Toad. Si le constat est constamment favorable pour le regard du joueur, cette multiplication de référence (impossible à compter tant il y en a) pourrait toutefois devenir gênante dans le fond, et apparaît comme un triste essai de cacher des défauts malheureux.

Justement, peut-on dire que Rise & Shine se montre à la hauteur, une fois manette en main ? Dans les faits, le personnage bouge bien, oui, mais offre des situations assez énervantes, même pour le joueur aguerri. Malgré des graphismes soignés ; et qui sont certainement le point fort du titre, ça, avec le gore poussé à l’extrême, difficile d’émettre un avis positif lorsque la jouabilité peut se montrer perfectible, et lorsque l’action à l’écran est à la limite de l’illisibilité. Soulignons ce mode de visée assez hasardeux (et qui fait très mal au doigt ; nous pouvons regretter l’absence du tir automatique) et l’utilisation des diverses munitions et modes de tir, qui peuvent s’avérer très compliqués à modifier dans les moments les plus intenses ; il ne sera d’ailleurs pas rare de trouver la mort en s’étant simplement trompé de touche, ou à cause d’une mine cachée dans le sol, et dont aucun indice de présence n’était visible ; rageant.

Test de Rise & Shine sur Xbox One : De nombreuses références pour un sourire

Au moins, l’on ne pourra pas réellement critiquer l’ambiance sonore, assez correcte dans son ensemble, et qui peut même se vanter d’être entraînante par endroit. Bien qu’elle soit loin d’être mémorable, elle permet de se laisser prendre au jeu pendant les trois à quatre heures qui composent l’aventure. Ces dernières peuvent d’ailleurs vous sembler relativement longue manette en main, d’autant que les nombreuses promesses ne sont pas tenues, tout du moins, pas très bien tenues. Alors que l’on entendait que Rise & Shine chamboulerait les jeux d’action / tir, la réalité est tout autre puisque l’on se contente de tirer sur tout ce qui bouge. Les pouvoirs ; comme celui de diriger une de ses balles, ne sont jamais très ben exploités et ne sont présents que pour répondre à un changement de phase, au final, assez lourd et poussif.

Toujours dans son contenu, l’on ne pourra que souligner ces nombreux objets cachés à découvrir, et les petits mini-jeux sur lesquels nous pourrons nous amuser quelques instants. Malgré cela, et en faisant abstraction d’une difficulté parfois incompréhensible et énervante face aux boss ; attention à la dernière phase de combat d’un boss, qui peut vous mettre à terre en un seul coup, et, fatalement, vous renvoyer au début du combat, Rise & Shine ne parvient pas à tenir en haleine un joueur adepte de ce style de jeu et offrira même une certaine répétitivité dans son déroulement. Constat déroutant, puisque, rappelons-le, Rise & Shine était bien plus prometteur que cela.

Au final, Rise & Shine est un titre compliqué à évaluer, mais où les nombreux aboutissements mettront tout le monde d’accord, c’est une copie brouillonne. S’il peut se montrer très entraînant par endroits et par moments, il peut aussi se distinguer par ses faiblesses difficiles à esquiver. Appréciables dans un premier temps, les références ; incroyables et pourtant jouissives à bien des titres, sont ici devenues trop communes pour faire sourire sur le long terme, un joueur qui attendait bien plus. Ne boudons pas notre plaisir non plus, puisque Rise & Shine possède quelques qualités, comme un gore extrême et des graphismes colorés et soignés.

Verdict !

   
Graphisme

Alors oui, graphiquement, Rise & Shine est mignon, tout en offrant une sacrée dose de gore. En dehors de cela, l’on ne pourra que pester sur une lisibilité parfois atroce de l’action à l’écran.

13 / 20
     
Jouabilité Énervante devrait être le terme qui convient le mieux à ce point. Certes, nous pouvons faire abstraction du die and retry, mais il est plus compliqué de passer outre la perfectibilité du maniement, notamment lors du changement de mode de tir, ou de munitions. Autre point à souligner, ces boss intraitables lors de la dernière phase et qui, en cas de mort (souvent absurde), vous renvoie à la case départ.
8 / 20
     
Bande Son
Si certains morceaux collent très bien à l’action de l’écran, nous nous retrouvons devant le meilleur point de Rise & Shine, c’est indéniable. Cependant, et même si la bande son permet de se laisser prendre au jeu, elle n’est pas vraiment inoubliable.
14 / 20
     
Contenu
Très court, Rise & Shine se montrera surtout gourmand en référence envers les autres univers. Une fois l’aventure terminée, vous risquez cependant d’y revenir, pour voir, par principe, le clin d’œil que vous auriez pu raté.
12 / 20
     
 Fun Double tranchant. Soit vous appréciez les blagues douteuses et assumées, tout en acceptant le fait que Rise & Shine manque de technique, soit vous passez votre chemin.
11 / 20
     
   Conclusion  
     
Les plus
  Les moins
Mignon et gore
  L’histoire
Références   Perfectible
Court   Lisibilité compliquée
Quelques bonnes musiques  
Note Finale
  11/20
Difficile de s’offrir des pensées positives lorsque l’on aborde Rise & Shine. Pourtant, tout partait d’un bon sentiment, mais l’on aura plus l’impression de se retrouver dans un grand bordel. Malgré cela, les amateurs de références seront aux anges, mais attention à la jouabilité.


L’avis de XCh4oSX : 10/20

Qu’on se le dise, Rise & Shine est certainement un titre incompris, osant, sans commune mesure, une action intense, mais perfectible, avec une pléiade de références envers l’histoire des jeux-vidéo. S’il peut être apprécié, Rise & Shine peut aussi être détesté, malheureusement. Vous voilà prévenus.

Kristo

Kristo

Séries TV, Films, Jeux-vidéo, ma vie est bien remplie au niveau des passes-temps ; on se fait une partie ? :)

Une pensée sur “Test de Rise & Shine sur Xbox One : De nombreuses références pour un sourire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.