Test de Dead Rising 4 Xbox One et PC : Les fêtes de Noël sont sanglantes

Score de la rédac
Score des lecteurs
[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]

Dead Rising, normalement, la seule évocation de ce nom peut donner le sourire à certains, et le mal de tête à d’autres. Depuis dix années maintenant, la licence aura connu des hauts et des bas, mais proposera toujours un contenu intéressant et un jeu aussi fun que déjanté à parcourir. Pour sa nouvelle sortie ; avec Frank West !, Dead Rising 4 est-il capable de faire plier les plus réticents ?

Dans les faits, Dead Rising avait réussi à offrir une sorte de survie en monde ouvert, qui n’était alors encore jamais atteint dans un jeu-vidéo. Spectaculaire pour cela, Dead Rising impressionnait encore en affichant plusieurs centaines de zombies à l’écran, sans que l’on remarque le moindre problème technique. Dix ans plus tard, Dead Rising 4 revient avec les mêmes ambitions, tout en essayant de se montrer encore plus convaincant. Sur le papier, il l’est ; et haut la main même, mais une fois lancé dans l’aventure, le constat est ; pour rester objectif, plus mitigé. Dans son histoire, Dead Rising 4 se déroule quelque seize années après le premier opus et permet à Frank West de retrouver Willamette et son centre commercial, en pleine période de Noël. Toutefois, les choses ont bien changé et c’est une nouvelle souche du virus qui a fait son apparition ; désormais plus mortels, les zombies ne seront toutefois pas vos seuls ennemis, puisque, une fois n’est pas coutume, les soldats de l’armée et des survivants plus dangereux sont également de la partie. Charge à vous d’éclaircir les zones d’ombre et de dévoiler la vérité au monde entier.

Graphiquement dans un premier temps, Dead Rising 4 offre aux joueurs quelques ; très, beaux effets de lumière, et une puissance graphique bien plus évoluée que pour Dead Rising 3, sortit lors du lancement de la console. Désormais optimisé, il ne sera pas rare de se retrouver devant des milliers de zombies à pourfendre ; dans de telles conditions, il est certain que Dead Rising 4 est l’épisode de la démesure, celui qui veut impressionner par tous les moyens. Joli dans l’ensemble ; et sans temps de chargement, Dead Rising 4 souffre pourtant de défauts assez grossiers, comme cet aliasing parfois incessant et un clipping incroyable lorsque, en véhicule, l’on se déplace trop vite. Ce dernier point est pourtant moins inquiétant qu’il en a l’air, puisque l’on sera plus concentré sur ce qui se passe à quelques mètres du véhicule, tant la boucherie est visuelle et demande une attention de tous les instants pour ne pas être submergé. Cela étant, les bâtiments, les objets, les personnages et les zombies sont plutôt bien modélisés dans l’ensemble et l’on ne constatera aucune baisse de frame rate, un véritable exploit avec le nombre de zombies affichés à l’écran. Signalons toutefois de légers problèmes lors des cinématiques (effet de flou par endroit), et une synchronisation labiale pas toujours au top.

Au cœur de la licence Dead Rising, sa jouabilité nerveuse et sa possibilité de faire d’un simple objet, une arme de destruction massive. Dans Dead Rising 4, ces deux éléments sont toujours de la partie et l’on pourrait mettre en avant que la jouabilité se veut bien plus accrocheuse que lors des précédentes sorties. Moins lourd, le personnage est très surprenant dans ses déplacements tant il répond bien, et il faut bien cela pour réussir à survivre. Néanmoins, et puisque rien ne peut être parfait, ce sont de nombreux problèmes de collisions, et autre impossibilité d’interagir avec certains éléments du décor, comme les coffres et autres tiroirs, qui viendront ralentir votre progression. S’il est toujours possible d’utiliser le moindre accessoire comme une arme, il est également toujours possible de combiner ces derniers entre eux, afin d’en faire une arme redoutable ; si l’on retrouve des armes et combinaisons d’objets qui rappelleront des souvenirs à beaucoup, l’on pourrait être déçu du nombre de combos, moins important que par le passé. Pas de panique toutefois, puisque Dead Rising 4 se pare d’un exosquelette ; une mode dans les jeux-vidéo actuellement, pour offrir toujours plus de puissance de frappe. Dès lors, le joueur se sentira suffisamment puissant pour poursuivre son exploration d’une nouvelle manière. Là encore, n’hésitons pas à évoquer les armes à feu, pas toujours très précises, notamment lorsqu’il s’agit de tirer entre deux barrières ; impossible.

Test de Dead Rising 4 Xbox One et PC : Les fêtes de Noël sont sanglantes

DR4-2DR4-3DR4-4DR4-5

Entièrement doublé en VF, Dead Rising 4 jouit, par contre, d’une bande sonore assez folle et incroyable pour la mettre en avant. Ce qui est certainement le point le plus positif du jeu permet une immersion certaine dans ce qui est, sans nul doute, l’une des aventures de cette fin d’année. Si l’on fera l’impasse sur le jeu pas toujours très admirable du doubleur de Frank West, le reste est prenant et l’on pourrait même découvrir quelques voix assez connus. De plus, la bande-son spéciale Noël invite le joueur à un voyage enivrant, et c’est sans compter les quelques surprises disséminées, comme ce magasin qui joue, en boucle, la musique de Street Fighter ; se cloîtrer à l’intérieur de celui-ci pour profiter de l’ambiance est devenue une habitude.

Pour Dead Rising 4, qui possède des forces et des faiblesses, son contenu ne brille pas de mille feux, et c’est bien malheureusement. Si l’histoire est prenante ; en dépit du fait qu’elle soit très courte, et offre une trame scénaristique incroyable pour tout amateur, le reste de l’aventure ne sera ponctué que par la recherche d’objets, la mise à terre de survivants décimés par la folie et le sauvetage des dernières âmes en détresse. Là où le bat blesse, c’est que Dead Rising 4 ne parvient pas à mettre en avant des psychopathes qui pourtant le méritaient. Précédemment dans la licence Dead Rising, l’on pouvait découvrir les psychopathes avec des cinématiques bien senties, qui ne faisaient que renforcer le sentiment d’impuissance ou de peur ; ici, et malgré une certaine qualité et pression dans les rencontres, ces psychopathes ne seront jamais présentés comme ils le devraient, rendant finalement ces missions secondaires assez poussives et sans réel intérêt, un peu comme le sauvetage de survivants, qui ne demande aucune organisation. Bien plus plat, Dead Rising 4 n’offre pas non plus de s’égayer les idées avec des mini-jeux ou autres joyeusetés. L’interaction est minime, certes, mais l’on sent bien que les efforts de production ont été faits dans la narration de l’histoire, un bon point pour certains, une aberration pour d’autres, qui voient une certaine liberté et un plaisir de découverte amoindris. Enfin, même le mode multijoueurs n’offre aucunement la possibilité de parcourir l’histoire en coopération, mais met en avant des épisodes dans lesquels il faut réussir à survivre, tout en remplissant divers objectifs. Jouable jusqu’à 4, le multijoueurs reste néanmoins une valeur sûre, notamment de par le fun qu’il parvient malgré tout à procurer.

DR4-12

Moins complet que ses prédécesseurs, mais bien plus horrifique et terrifiant, Dead Rising 4 parvient à se montrer fun, si tant est que l’on fait vite abstraction des libertés connues auparavant. Améliorer son personnage demandera du temps ; mais s’avérera jouissif, et parcourir l’intégralité de l’histoire s’avère prenant. Si l’on adhère au concept pur de folie ; la marque de fabrique de Dead Rising, l’on ne pourra qu’être enclin à découvrir les lieux proposés, le tout dans un humour cinglant. Pour les autres, l’on pestera sur cet impact amoindri des psychopathes, un pas en arrière de la licence ; enfin, la disparition du chrono amène une nouvelle vision appréciable, et, même si l’on perd un certain côté « challenge », l’on n’y fera pas vraiment attention.

DR4-8DR4-13DR4-14

Au final, Dead Rising 4 se veut très prenant ; la bande son aidant, et permet de passer d’incroyables fêtes de Noël. Si tous ne sortiront pas indemnes de ce voyage ; plus terrifiant et horrifique qu’à l’accoutumer, l’on félicitera une histoire mieux travaillée, et qui parviendrait presque à nous faire oublier les nombreux problèmes du titre, comme ces bugs de collisions, les imprécisions du gameplay ou encore un plaisir de découverte amoindri et des psychopathes sans réel intérêt. Au mépris tout cela, Dead Rising 4 fait partie de nos coups de cœur, une ode majestueuse à une boucherie incomparable.

Verdict !

     
Graphisme

Si les personnages et autres objets sont plutôt bien modélisés ; malgré un aspect assez vieillot, c’est l’aliasing et le clipping les plus gros soucis, auxquels nous pouvons ajouter une synchronisation labiale pas toujours au top.

15 / 20
     
Jouabilité Plus nerveuse que jamais, la jouabilité permet de prendre un contrôle total sur Frank West. L’on ne regrettera que ces nombreux bugs de collisions et une visée perfectible et imprécise.
 15 / 20
     
Bande Son
Que se soit les fêtes de Noël, les dialogues en VF, ou la musique de Street Fighter, la bande son de Dead Rising 4 est impeccable sur tous les points, sauf peut-être sur certaines imperfections du doubleur de Frank West par endroit.
 18 / 20
     
Contenu
Certes, il y a beaucoup de lieux à visiter et d’objets à ramasser ; en dehors de cela, l’histoire est intense, mais trop courte, les missions secondaires n’en sont pas réellement, et les psychopathes n’ont plus de réel intérêt. Le multijoueurs, de son côté, vous tiendra quelques heures également.
 13 / 20
     
Fun Le retour de Dead Rising était attendu et il est clair qu’il se montre toujours aussi fun qu’à l’accoutumer. Certes, il est moins attrayant sur certains points, mais le fun que procure cette boucherie est bien présent. Même constat en multijoueurs, qui arbore un aspect de compétition appréciable. 15 / 20
     
   Conclusion  
     
Les plus
  Les moins
Frank West !
  Court
Monde ouvert   Psychopathes
Un nombre incroyable de zombies à l’écran   Quelques gros défauts (bug de collisions, visée imprécise, …
Histoire Prenante    
Note Finale
  14/20

Alors oui, Dead Rising 4 n’est pas le titre plus que parfait que beaucoup attendaient, pire encore lorsque l’on constate un grand pas en arrière au niveau du contenu. Toutefois, et malgré ses défauts parfois agaçants ; l’ouverture de coffres, les bugs de collisions, les psychopathes sans grand intérêt et la visée imprécise, Dead Rising 4 propose une excellente ambiance, et une histoire très prenante, toujours ponctuée d’humour. Un véritable coup de cœur pour les fêtes de Noël ; sublimées d’une bande son exemplaire.

DR4-10

XCh4oSX

Joueur invétéré, j'aime changer d'univers et reste à la constante recherche du successeur de Shenmue ; bien sûr, je n'oublie pas Yakuza et Persona, ni ces chers Sonic et Conker.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.